Archives de
Catégorie : Equipements

Courir avec un pull ? – Test du sweat à capuche Kalenji Eliorun Femme

Courir avec un pull ? – Test du sweat à capuche Kalenji Eliorun Femme

Cet hiver à Paris, il n’a pas fait très froid. Enfin pour l’instant il ne fait pas vraiment froid selon l’heure à laquelle on sort. En novembre j’ai acquis un sweat à capuche pour la course à pied. Il s’agit d’un modèle Kalenji Eliorun bleu, prévu pour temps froid. C’est d’ailleurs celui que je porte sur la photo d’avant-course dans mon billet Il est plus facile d’être inactif que sportif.

Eliorun bleu femme à capuche

J’ai choisi ce sweat pour plusieurs raisons absolument… pas logiques. D’une part, il est bleu et plutôt joli. Or trouver de l’équipement de course pour femme non rose chez Decathlon dans la marque Kalenji est plus difficile qu’on ne le croit. C’est ce que j’appelle le serpent qui se mord la queue du marketing. Les nanas aiment bien porter du rose pour le Girl Power, alors on leur offre du rose en magasin, donc elles achètent du rose, donc on leur vend encore plus de rose. En conséquence, quand j’ai vu du bleu, j’ai sauté dessus. Mais je vous rassure car ce sweat Eliorun à capuche existe aussi en rose.

D’autre part, j’aime sa matière. J’ai un peu de mal avec l’aspect très lisse des maillots Eliorun Essential. C’est bien entendu purement psychologique, mais c’est comme ça. En plus je déteste trouver quelqu’un habillé habillée de la même manière que moi, or je pense que le maillot Eliorun Essential est celui le plus porté de tout le bois de Vincennes.

Le tissu du sweat à capuche Eliorun est chaud mais plutôt fin. Je n’ai eu aucun inconfort à porter ma montre chronomètre par dessus et je l’ai même assez vite oublié. Mais parlons plutôt des manches. Leurs formes est assez classique pour des vêtements de runnings. Longues, des orifices sont prévus pour les pouces afin de tenir le tissu, limiter les frottements, et qu’il la manche ne se plie.
Au début de ma course, je n’ai pas enfilé mes pouces en me disant que ce serait inutile. Finalement, je me suis surprise à retrouver mes manches bien enfilées, pouces à la place prévu. Je suppose que le froid m’a fait me couvrir les mains et j’ai alors naturellement adopté la technique du « je mets mes doigts comme c’est écrit sur le mode d’emploi ».

Verdict ?
J’aime. C’est le top du confort, pas trop fashion, et ça fait son boulot. J’ai eu peur d’avoir trop chaud au début, et c’est la principale chose qui faisait que j’étais réticente à porter un pull en course à pieds. Non, tout s’est bien passé en ne portant qu’un débardeur dessous (et ma brassière aussi, faut pas déconner).

Je pourrais même m’en acheter un deuxième. 

P.S. : J’ai couru avec 3 Km avec ce matin, 4°C. C’était parfait.

Un avis sur la montre Nike+ Sportwatch GPS

Un avis sur la montre Nike+ Sportwatch GPS

Look avant l'entraînementJe ne suis pas fane de la marque Nike, dans sa globalité. Je n’arrive pas à adhérer à ses messages marketing, à son application de fitness que j’ai mis 3 heures à télécharger, à ses courses pour les filles, à ses courses parfaites pour récupérer de la donnée client. Pourtant, j’ai acheté la montre Nike+ Sportwatch GPS soit le produit le plus cher des équipements électroniques produit par l’enseigne. Ah non, en fait le Fuelband coûte tout autant.

Au début, je voulais une montre Garmin

Je me suis assez vite lassée de ma petite montre chronomètre simple (une geonaute Decathlon premier prix) et je voulais passer à la vitesse supérieure. Je me suis alors renseignée sur plusieurs modèles et j’avais au début jeté mon dévolu sur la montre Garmin Forerunner 10. Garmin est une marque bien connue par les coureurs expérimentés et le modèle Forerunner 10 est connu pour permettre d’accéder à la technologie GPS au moindre coût. L’idée est qu’il s’agit d’une montre qui permette un tracking GPS (donc suivi des positions, vitesses, distances) pour 80 euro. Je vous rassure, pour ce prix la fonction chronomètre est incluse.

Mais au moment de mon achat (l’été 2013), je ne savais pas vraiment quel allait être mon rythme de progression et j’ai eu peur de ressentir la Garmin Forerunner 10 vite limitée. Elle semble être une montre satisfaisante mais qui permet peu d’évolution. Or il était pour moi hors de question de mettre plusieurs centaines d’euro dans un équipement qui serait beaucoup trop technique et évolué pour moi. J’imaginais cela comme avoir un 4×4 dans Paris.

À la recherche d’une montre évolutive

C’est ainsi que j’ai commencé à m’intéresser à la Nike+ Sportwatch. Pour elle, Nike a bien fait son boulot car elle est plutôt jolie, avec plusieurs coloris. Mais je me suis surtout intéressée au fait que l’écran est confortable, il dispose d’un rétroéclairage réglable, et il est compatible avec les capteurs cardiaques.
Ainsi, si jamais j’ai envie de m’offrir le luxe (ce qui ne sert à pas grand chose je crois compte-tenu de mes capacités actuelles) de mesurer et enregistrer ma fréquence cardiaque en temps réel, je pourrais le faire.
C’est là l’avantage de la montre Nike+, elle est évolutive et je pense qu’elle permet ainsi d’être longtemps gardée dans la vie d’un coureur amateur.

Suivi du rythme de course et comparatif avec l'altitude.
Suivi du rythme de course et comparatif avec l’altitude..
Aperçu du tracking GPS, non je ne cours pas dans l’eau, c’est la plage à marée basse ! 🙂

Pour le reste, la prise USB se situe dans le bracelet pour ne pas être obligé de se balader avec des câbles dans tous les sens. Pour plus de précision, la montre s’utilise avec un Shoe Pod à mettre au niveau de sa chaussure. Il s’agit d’une puce électronique, qui s’utilise également en duo avec l’application mobile pour ceux qui courent avec leur téléphone. De mon côté, pour ne pas être obligée de porter des runners Nike, j’utilise un bandeau de tissu que je mets au niveau de ma cheville pour tenir le Shoe Pod. Les données sont quant à elles traitées avec le dashboard Nike+ Running qu’on peut connecter à Facebook si on le souhaite. Le partage de données est assez finement configurable si on ne veut pas donner les détails de ses courses à ses contacts.

Données sur ses courses
Données sur ses courses

Enfin je dois admettre que les messages de l’application Nike+ Running sont assez motivants. Les sytèmes de badges, les objectifs, les rappels et les astuces sont toujours appréciables !

La montre Nike+ Sportwatch coûte dans les 130 € selon où on l’achète. Il est bon de la connecter à l’ordinateur avant chaque course pour vérifier la batterie, et surtout pour télécharger les éphémérides qui accélèrent la connexion aux satellites.

Faut-il nécessairement investir dans des chaussures chères ?

Faut-il nécessairement investir dans des chaussures chères ?

Ce soir une émission de France 4 a consacré un de ses reportages au prix qu’on devrait mettre dans une paire de chaussures de running. Ça s’appelle « On n’est pas des pigeons » et ça promet de nous décrypter les arguments du marketing et des commerciaux dans notre petit monde de consommation.

Pour ma part, ma reprise de la course à pieds active est fait avec une paire de chaussures achetées 3 ans plus tôt en soldes chez Decathlon lorsque je courais un peu quand j’étais à la fac. C’était une belle paire de Nike blanches avec des traits roses et une promesse d’amorti de folie. Clairement, je pense que c’était une paire qui n’était pas bonne pour moi. Elle était assez lourde et j’avais l’impression d’être montée en hauteur. J’ai eu assez vite de sensation d’inconfort, quelque chose n’allait clairement pas !

Lire la suite Lire la suite

Courir, l’équipement de base

Courir, l’équipement de base

Voici venu le moment d’aborder un sujet critique, celui du matériel nécessaire pour courir. Pourquoi critique? Parce que si je disais l’autre jour avoir choisi la course entre autres pour son côté économique, le monde des équipements et des gadgets running est suffisamment vaste pour mener à la ruine au pas de course.

En la matière, j’essaye d’être plutôt relax. Je pars du principe qu’une paire de bonnes chaussures suffit (et encore, un vendeur de Décathlon m’a assuré un jour qu’en dessous de 30 minutes de course, tu peux courir avec n’importe quoi) (et il me semble que, dans le premier opus de la série, Rocky Balboa faisait son footing en Converse).

Sachez qu’il y aura toujours quelqu’un pour vous dire que des vêtements en matières techniques transpirantes sont indispensables, que des chaussettes spécifiques sont incontournables pour l’épanouissement de vos orteils et qu’il est inutile de courir sans un compteur de kilomètres, calories dépensées et fréquence cardiaque. Ce n’est pas forcément faux, mais là aussi, j’ai tendance à appliquer le système Rocky: un survêt en molleton gris et un bon vieux bonnet, on n’a pas fait mieux dans un premier temps pour avaler les kilomètres au petit matin.

Lire la suite Lire la suite

Test de la veste pour la course à pied Kalenji Kiprun Rain

Test de la veste pour la course à pied Kalenji Kiprun Rain

On n’a pas tous la chance d’être à Milan comme Flou ! À Paris, l’été indien est terminé depuis l’été tout court, et la pluie accompagnée du froid font leur grand retour. Après 2 séances de course sous la pluie dont une assez intense, j’ai décidé de chercher une veste qui soit un coupe-vent et un minimum résistante à la pluie. Étant donné que je cours à peine une heure, je n’ai pas vraiment l’utilité d’avoir un ciré non plus.

Veste femme kalenji kiprun femme, Decathlon

Lire la suite Lire la suite