Running : Les 10 commandements du spectateur

Running : Les 10 commandements du spectateur

Ces temps-ci je suis plus souvent spectatrice de course qu’en train de courir. Forte de cette expérience de consigne ambulante (pour porter les affaires des potes), voici les 10 règles pour être un spectateur exemplaire !

1. Un point de rendez-vous tu fixeras

Il peut se passer beaucoup de choses pendant une course, et il est difficile de prévoir à quelle heure ton ami coureur va arriver. Beaucoup de facteurs entrent en jeu, et pas seulement sa vitesse de course. Fixer un point de rendez-vous à rejoindre à une certaine heure arrangera tout le monde au cas où vous ne vous retrouveriez pas.

2. Le parcours tu connaîtras

En fonction des courses, le parcours n’est pas forcément très étendu géographiquement. Connaître le chemin que vont emprunter les coureurs pourra permettre d’être à plusieurs endroits pour encourager les copains. Parfois il suffit de couper le pâté de maison en 5 minutes, pour en réalité se retrouver à au moins 3 Km plus loin par rapport au parcours de course !

20-km-paris-tetecourse
Tête de course du 20 Km de Paris

3. L’objectif de ton pote tu connaîtras

Même s’ils disent tous qu’ils n’ont pas vraiment d’objectif, ils savent en réalité à quelle allure ils veulent courir. Soyez optimistes et prévoyez un peu moins pour rejoindre la ligne d’arrivée. Si jamais la personne n’arrive pas à ce moment, le point de rendez-vous fixé au début va être très utile.

4. Sur l’organisation de la course tu te renseigneras

Nombre de ravitaillements, nombre de sas de départ, temps de décalage entre les sas, zone de remise des médailles… ce sont autant de petits détails qui font que tu vas attendre plus ou moins longtemps. Quand une course est terminée, le coureur doit souvent traverser une zone plus ou moins longue où on lui donne sa médaille et son ravitaillement. Cela peut être plus ou moins long car il y a parfois de petits embouteillages.

5. Toujours derrière la barrière tu seras

Que ce soit avec une barrière, ou sur un trottoir, ne restez jamais sur la trajectoire de la course. La raison est simple. Certains vont vite, et quand vous avez 100 personnes qui courent vers vous, il vaut mieux ne pas être au milieu.

20-km-paris-tour-eiffel
Départ du 20 Km de Paris… et la Tour Eiffel !

6. Un ravitaillement d’appoint tu auras

Il arrive que les ravitaillements soient bof bof. Pas d’eau mais seulement du jus de fruit ou du soda, rien de consistant pour reprendre des forces… Il est bon d’avoir le minimum sur soi pour le donner au coureur qu’on attend : eau minérale, 1 banane, 1 barre de céréales.

7. Des encouragements tu donneras

Toi tu cours pas, tu ne peux pas vraiment râler. Alors donne toute ton énergie pour encourager les personnes qui courent. Certains ont parfois l’air mal en point, c’est eux qui en ont besoin. Si les prénoms sont écrits sur les dossards, parfois un petit encouragement personnalisé peut faire la différence !

8. Un café tu repéreras

Il faut bien s’occuper…

10-km-paris-centre-depart
Zone de départ du 10 Km Paris-Centre

9. Le plus longtemps possible tu resteras

Le dernier est celui qui a le plus besoin d’être encouragé ! Si ton pote n’est pas le dernier, dis lui de bien te confier un survêtement pour qu’il ne prenne pas froid.

10-km-paris-centre-coureurs
Coureurs du 10 Km Paris-Centre

10. Pas relou tu seras

Une course, c’est une course. Ton ami peut avoir mal aux jambes à la fin, très soif, très faim. Il peut très content de lui, il peut être déçu. Dans tous les cas, soit un ami cool. Félicite le, soutiens le. Après tout, tu es venu pour ça !

Voilà donc mes 10 commandements du spectateur parfait. Des idées pour le rendre plus complet ? 😉 

4 réactions au sujet de « Running : Les 10 commandements du spectateur »

  1. C’est marrant, mais j’ai récemment accompagné mon copain sur son premier marathon. Je voulais le soutenir tout le long du parcours. Je l’ai encouragé à 4 reprises sur le parcours, guettant son passage en calculant approximativement ses temps. Ce ne fût pas de tout repos ! Je l’ai même accompagné sur les derniers km, en jean et sous une pluie battante. J’aime à croire que j’ai contribué, pour partie, à la réussite de sa course 🙂 Je crois même l’avoir entendu dire… et tout çà sans râler une seule fois ! Une expérience intéressante à vivre et pleine d’émotions.

  2. C’est trop mignon tout ça 😉
    Sympa cette idée d’article. Maintenant j’attends qu’on devienne pote et que tu viennes m’encourager. T’es au top !

  3. Eve et toi avez raison, aller encourager quelqu’un, notamment sur marathon, c’est une organisation de malade. Chez moi, ça se fait aussi avec les enfants et je peux vous dire que c’est un véritable épreuve pour Madame. Mais quand tu cours, c’est tellement bon…

  4. Haha je lis ton article parce que je m’apprête à aller encourager ma pote qui court le marathon de Paris aujourd’hui et qui m’a demandé de venir courir quelques km avec elle vers le 30e. Je ne suis pas sûre que ce soit trop reglo in même que je vais la retrouver mais je vais essayer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *