Archives de
Étiquette : 10km

Les 10 Km de Lille, objectif frites ! (Compte-rendu – Uty)

Les 10 Km de Lille, objectif frites ! (Compte-rendu – Uty)

J’ai presque manqué le 10 Km de Lille. Pas pour une blessure, une fatigue, ou un gros rhume, mais tout simplement parce que j’ai été à deux doigts de rater mon train. Fort heureusement, cette course pour monter à temps dans le TGV fut une sorte d’échauffement pour la course qui eut lieu le lendemain soit le samedi 5 septembre 2015.

Mon objectif : Manger des frites.
10Kmlille

J’ai fait deux courses officielles en juin : les 10 Km du Château de Vincennes, et les 10 Km L’Équipe. Après une petite pause, je me suis remise à m’activer sportivement avec des trajets quasi-quotidiens en vélo, beaucoup plus de vélo en général, et des sorties hebdomadaires régulières en course à pied. Gros programme, mais programme détente. Je n’ai jamais rien forcé, même si j’ai fait quelques séances de fractionnés en mode 10 fois 30″/30″. Au final, en terme de course à pied, j’ai surtout couru avec mes collègues en suivant le groupe voir même en mode un peu feignasse.

Kiffitude totale donc, je m’inscris au 10Km de la braderie de Lille… excuse totalement bidon pour aller me gaver de frites et voir les copains. Pas d’entraînement spécifique pour cet événement, hormis le fait de continuer une activité régulière afin d’apprécier le moment.

Sortie de zone de confort

Viennent les dernières sorties avant la course. Je n’avais à ce moment pas couru seule depuis des lustres, et sens que quelque chose se passe. Je cours vraiment beaucoup plus facile, me disant que les longues sorties en vélo n’y sont pas pour rien. Je lâche donc le groupe pour terminer 1,5 Km à 5’50″/Km. Pour moi, c’est inouï, je restais calée jusque là entre 7’00″/Km et 8’00″/Km par confort. Soudain je me rends compte que je peux aller plus vite, et que la seule chose qui manquais, c’était d’essayer. Un peu surprise pas ces nouvelles capacités, je commence à me demander si je ne pourrais pas battre un record personnel à Lille.

La course

Comme d’hab, j’arrive pile poil avant le départ et me place en arrière de peloton. J’avais alors décidé la veille d’adopter la stratégie suivante : courir facile les 3 premiers kilomètres, accélérer un peu en suite et voir si ça tient, ne pas m’arrêter au ravito mais juste attraper de l’eau, accélérer encore si j’y arrive, ralentir si jamais cela ne tient pas, aller à fond sur les 2 derniers kilomètres si je le sens bien.

10:45 – Tiens, la course commence

10:47 – Je passe la ligne de départ. Ouah, ça va vite pour passer la ligne, ça change.

11:05 – Dis donc, je vais peut-être un peu vite, mais ça va. Aller je regarde si ça tient 10 minutes sinon je ralentis.

11:10 – Ça va en fait, tiens j’ai presque fait la moitié. Mais ils sont fous ces gens à poser des faux stands de braderie au milieu de la course.

11:20 – Un virage en tête d’épingle, ah mince, je me bloque toute seule. Je suis obligée de marcher/trottiner, je suis dans un entonnoir magnifique.

11:21 – Mince le ravito, mais vous arrêtez pas en prenant toute la largeur roh. Oh une bouteille, je l’attrape et bois une petite gorgée, garde la bouteille.

11:23 – Punaise mais cet arrêt de quelques secondes m’a cassé les jambes. Ah ça m’énerve.

11:30 – Je bois une nouvelle gorgée d’eau, cela commence à aller de nouveau mieux.

11:35 – J’entame les deux derniers kilomètres. Ça va plutôt bien en fait, j’accélère.

11:40 – Oula mais je vais vite : PUNAISE UN MEC EN VÉLO AU MILIEU DU CHEMIN QUI ATTEND COMME UN IDIOT EN TRAVERS DE LA COURSE.

11:47 – La rue est super serrée, il y a beaucoup trop de monde de chaque côté qui ne cherche qu’à traverser. J’entends les bénévoles et des policiers mettre en garde les personnes cherchant à traverser.

11:48 – Aller tant pis, j’accélère, j’ai envie d’accélérer. J’adore cette sensation de vitesse, je pourrais faire ça pendant des heures. Je vois la ligne d’arrivée !

11:52 – J’ai fini ! Elles sont où les frites ? Mais pourquoi me donne-t-on une médaille du semi-marathon ?

rythme-10kmlille

Résultats :

J’ai battu mon record personnel en course officiel de 6 minutes. Le précédent était de 1:11 au 10 Km du Château de Vincennes, il est aujourd’hui de 1:05. Mon temps officiel pour la course est de 1:05:18. Je suis réellement contente de moi, et me dis que je peux faire mieux en gérant mieux la logistique soit, par exemple, en ne pas me faire immobiliser par la foule dans un virage.

La prochaine fois, je passe sous l’heure ! Chiche ?

La flippe des nouveaux objectifs

La flippe des nouveaux objectifs

Oui je sais, j’ai dit que je m’en fichais, mais je suis  une personne un peu frustrée et aussi un tantinet ambitieuse quand même.

saint-etienne

Je dois dire que mon abandon des 20 Km de Paris l’an dernier m’a donné des leçons. Rappelez-vous, j’étais bien en forme, et bim, contracture qui a duré plusieurs semaines juste avant la course. Pas celle qu’il ne fallait pas viser trop haut, plutôt celle qu’il fallait y aller mollo. Parce que j’ai beaucoup avoir bien progressé depuis mes débuts où cracher mes poumons sur la terre bourguignonne, j’ai quand même du chemin à parcourir pour vraiment progresser.

Déjà parce que je suis une bonne fainéante. Non je vous assure. J’ai beau courir un peu, faire du yoga, essayer de faire du vélo en semaine, voilà je suis une fainéante. Même une bonne feignasse comme on dit dans le jargon.

En fait j’ai la flemme de m’entraîner. Du moins c’est ce que je me suis longtemps dit. D’ailleurs je me demande parfois si mon côté sportif hippie youhou on n’est là que pour le bien-être, n’était pas une simple traduction de ma tendance à la flemme.

Alors j’ai tourné en rond dans mon 38 m² avec balcon – non c’est pas vrai, y a trop de vélos ici, je ne sais pas où mettre les pieds – et je me suis dit que non, je pouvais progresser tout en y allant doucement. Et pourquoi pas après tout. D’ailleurs, puisque ma grande peur est de ne pas être assez préparée, pourquoi pas justement bien réfléchir sa préparation ? Enfin pas trop quand même, il ne faudrait pas qu’une préparation devienne une nouvelle source de stress. Tranquillou on a dit.

Après j’ai déjà couru 2 heures pour un trail, je peux bien faire 21,0975 bornes à plat quand même.

J’ai donc noté deux choses sur mon agenda :

  • 5 septembre : 10 Km Braderie de Lille
  • 25 octobre : Semi-Marathon du Bois de Vincennes

Au final voilà mon simple programme :

  1. guérir de ma sinusite (j’ai le cerveau qui explose, je pense avoir mis 3 heures à écrire ce billet),
  2. me faire 2 à 3 footing à semaine pour juste augmenter le kilométrage pendant 1 mois, me renforcer grâce au yoga, bosser mon endurance grâce au vélo en semaine
  3. commencer un entraînement pour de vrai.

 

10 Km L’Équipe, ou ma journée de la lose (Compte-rendu – Uty)

10 Km L’Équipe, ou ma journée de la lose (Compte-rendu – Uty)

Dimanche 14 juin 2014.

7:30 – Le réveil sonne. Je ne l’entends pas.

7:45 – Tiens le réveil n’a pas sonné ? Ah si, zut. Je me rendors.

8:00 – Mon départ est dans 1h50, il serait temps que je me bouge.

9:00 – Enfin levée et habillée, je suis encore dans le canapé. Je digère ma nuit horrible et sans sommeil. J’ai déjà chaud.

9:25 – Je me trompe de sas, pour le départ des objectifs 1h et +, il faut aller à une rue perpendiculaire de la zone de départ.

9:30 – Je suis derrière le bon sas, en fait il y a tellement de monde que je ne peux pas entrer.

sas-1h-10km-lequipe

9:52 – Je franchis la ligne de départ, je baille, mais j’ai essayé de réveiller au minimum mes muscles et mes articulations.

10:00 – Ça va pas trop mal, ça peut le faire finalement.

10:15 – Punaise ça me saoule, j’ai envie d’aller dormir, en plus les gens font du bruit, il y a du monde partout, et la rue est moche.

10:30 – Cool à manger et à boire !

10:31 – Aller je garde la bouteille d’eau, j’en aurai besoin.

10:32 – Mais qui sont les abrutis qui jettent leur peau de banane par terre ? C’est Mario Kart ici !

10:40 – J’ai mal à la tête, je vomis un machin (c’est tout ce que vous avez à savoir). C’était bien la peine de prendre un petit-déj.

10:50 – Il y a des machins acides qui remontent. Je croise la croix rouge et j’hésite. Aller non, on continue.

10:55 – Nom d’une pipe en bois, mais pourquoi on  nous fait prendre cette punaise de cote dans la dernière partie.

11:00 – J’ai un temps pourri, j’ai fait carrément mieux la semaine dernière, tant pis y en aura d’autres des 10 Km.

11:01 – Promis mon prochain je fais 1h pile.

"Je m'en fous, je suis finisher", à ce moment, je ne sais pas encore que je ne pourrai pas rentrer chez  moi profiter de ma douche.
« Je m’en fous, je suis finisher », à ce moment, je ne sais pas encore que je ne pourrai pas rentrer chez moi profiter de ma douche.

11:03 – Oh les photographes, souris !

spraydol

11:15 – J’ai enfin fini, j’ai accéléré, je vais tomber dans les pommes ? Ah non ça va. Cool à manger !

11:25 – Je retrouve Zélia et son fiancé qui me font une surprise en venant m’accueillir à l’arrivée.

11:30 – Je vais remercier mon sponsor Spray Dol qui n’est pas responsable de ma mauvaise nuit et de mes remontées acides. Je salue au passage Muriel Hurtis. Elle est grande, ou alors c’est moi qui suis petite.

11:40 – Je discute avec des gens intéressés par mes fivefingers, et croise @Nixul50 qui a carrément couru pieds nus.

courir-pieds-nus

11:45 – Mince, j’ai perdu ma clef sur le parcours

11:50 – Une femme vient me voir sur le quai du métro, elle me reconnait grâce à mes chaussures. « Vous étiez aussi au 10 Km du Château de Vincennes, n’est-ce pas ? »

12:10 – C’est confirmé, je ne peux pas rentrer chez moi.

13:00 – Grâce au mode de paiement mobile du Starbucks, j’arrive à déjeuner d’un sandwich et un smoothie.

14:00 – Je marche dans Paris, en tenue de course.

17:30 – Je peux enfin rentrer chez moi, Nolevel est rentré plus tôt de Province exprès. Je n’ai jamais autant kiffé prendre une douche.

Les 10 Km du Château de Vincennes (Compte-rendu – Uty)

Les 10 Km du Château de Vincennes (Compte-rendu – Uty)

Les 10 Km du Château de Vincennes, ce n’était pas prévu au programme. J’étais plutôt à viser les 10 Km L’Équipe qui ont lieu le 14 juin. Puis une proposition de Nolevel m’a motivée, j’ai pris un dossard pour une course pas loin de la maison et en terrain connu. Et bien que Nolevel ne se soit finalement jamais inscrit, je me suis quand même levée pour ce 10 Km du Château de Vincennes qui rassembla 4 000 personnes autour du lac des minimes.

10kmchateau

Le parcours est chouette, même s’il tourne peut-être un peu trop par moment. Une petite aventure de voiture incendiée juste avant le départ, et une annonce de parcours déplacé pour ne pas entrer en concurrence avec les zombies du weather festival, et on était tous prêts à partir. Enfin presque. Franchement, j’ai fait n’importe quoi. Déjà j’ai bien manqué de ne pas me lever parce que bon, dimanche c’est grasse mat’, et en plus je n’avais pas retiré mon dossard. Je suis arrivée 15 minutes avant l’arrêt des retraits, juste ce qu’il faut pour se réveiller avant de rejoindre la ligne de départ.

Devant moi je repère le meneur d’allure à 1h. Oh la la, pas folle la guêpe, je me promène moi ! Alors j’ai reculé. Mais comme Daddy m’a dit de courir un peu vite, j’ai quand même couru un peu vite après. Bon pas avant le 7e kilomètre, parce que je ne sais pas faire la course.

En fait c’est ça, je ne sais pas faire la course. J’ai passé tellement de temps à juste survivre en courant, que maintenant que je cours 1h ou plus les doigts dans le nez, je ne sais pas quoi en faire. Je crois que je flippe même un peu d’aller vite, comme si ce n’était pas un truc pour moi. Enfin je dis ça, j’ai une moyenne globale de 7 min/km et c’est vraiment parce que j’ai bu un verre d’eau et que j’ai discuté avec tous les mecs me demandant comment c’était de courir en fivefingers. Je suais à peine les potes, c’était scandaleux. Bon je ne vais pas me plaindre quand même, ça veut dire que je progresse. Mais bon j’ai un peu honte quand même de mon temps.

Le footing du dimanche avec un dossard
Le footing du dimanche avec un dossard

medailleAlors j’ai fini avec 1h11. Genre bien 4 minutes de moins (ou un peu plus mais je suis nulle en maths) que mon temps de l’an dernier au 10 Km L’Équipe 2014.

Alors pour dimanche prochain, lorsque je courrai le 10 Km L’Équipe avec notre partenaire du moment, j’ai nommé Spray’dol (merci !), j’essaierai de faire un peu la course. D’ailleurs si t’as des conseils, dis moi !

J’ai pour info une moyenne sur le 10 Km du Château de 6:58/h avec une allure max à 5:04/km durant le dernier kilomètre que j’ai eu un peu de mal à tenir pour finir à 6:06/km.

Compte-rendu sportif (Uty – 10 Km L’Équipe)

Compte-rendu sportif (Uty – 10 Km L’Équipe)

Ce dimanche 15 juin était ensoleillé. Un petit vent frais venait chatouiller les mollets de 20 000 coureurs venus ici pour partager le sport.

Je m’étais rendu l’an dernier en tant que spectatrice du 10 Km l’Équipe 2013 pour réaliser quelques photos de mes camarades participants. Cette année, je fus la seule de la bande à franchir la ligne de départ à cause de malheureuses blessures. Bon rétablissement les copains, et ne séchez pas le kiné !

10km-equipe-2014-groupe

Après mon récent coup de mou santé, le 10 Km l’Équipe 2014 est une bonne occasion de relancer la machine. Pas franchement entraînée pour, et encore moins tellement motivée à me taper 10 bornes, j’y suis pourtant allée enthousiaste à l’idée de participer à cette immense fête au cœur de Paris.

L’ambiance était fantastique, et le parcours magnifique nous faisait passer par de très beaux endroits de la Capitale. Au niveau organisation je regrette que le ravitaillement soit par surprise à 4 Km plutôt qu’à 5Km, et assez court. Les organisateurs nous encouragent à aller « à la table suivante » pour éviter de boucher le flux, et quand tu te rends compte après avoir attraper une bouteille d’eau qu’il n’y a pas de « table suivante » pour attraper un morceau de sucre, t’es un peu dégouté.

J’en reviens revigorée et réellement motivée pour reprendre une activité sportive plus régulière, avec modération tout de même car je n’en fais pas là le centre de ma vie, loin de là ! Pourtant mon objectif 20 Km de Paris en octobre me demande une sérieuse remise en forme globale. Au niveau cardio, musculaire, et endurance, j’ai beaucoup de progrès à faire en pas tant de temps que cela. J’ai donc fait une folie en investissement dans 6 mois de coaching sportif dont je vous reparlerai (c’est pas le coach personnel de Paris Hilton, mais ça devrait faire l’affaire).

Ma course ? Comme je vous l’ai dit, je n’étais pas franchement en forme. J’ai donc adopté la stratégie de l’économie en prenant cette course comme une sortie étape avant d’autres courses qui vont me préparer pour octobre 2014. Je pense par exemple au 14 Km des Chasseurs de Temps qui ont lieu le 21 septembre.

J’ai fait les 5 premiers kilomètres tranquillement en cherchant surtout à garder une allure constante. Un mal de crâne de folie m’a traversée au 7e kilomètre me forçant à une petite pause (le sang qui monte à la tête ? pas bien ravitaillée ?) mais j’ai tenu bon pour accélérer à partir du 8e. Les copains venus m’encourager étaient au rendez-vous au 9e kilomètre ce qui m’a permise de booster un peu plus mon allure. Euphorie, gloire, la totale, pour 1h14 de course. Ouais c’est « moyen » mais je suis contente quand je me rappelle de l’état de loque dans lequel j’étais à peine 2 semaines plus tôt. Sans rancune, le temps de l’an prochain sera meilleur et je pense également à la Stramilano 2015 !

Moi avec mes chaussettes de compression, cheveux aux vents, et l'air con.
Moi avec mes chaussettes de compression, cheveux aux vents, et l’air con.
Thierry Guibault, 1er masculin - 30’28”
Thierry Guibault, 1er masculin – 30’28”
Mais c’est quoi ce coup de mou ?

Mais c’est quoi ce coup de mou ?

Mais qu’est-il arrivé au duo de sportives sans frontières ? Que nous est-il arrivé ? J’ai l’impression que le mois de mars a été notre gros pic d’activité, le mois d’avril a été relativement actif. Quant au mois de mai, mes vacances et un boulot chargé n’ont pas aidé ! J’ai quand même couru pendant que j’étais à Copenhague, c’est pas mal non ? Quant à Flou, elle semble traîner un rhume aussi solide que la pyramide de Gyzeh, alors nous récoltons également des dons pour le financement de nos mouchoirs en papier. Ils serviront également à éponger mes allergies aux pollens.

La plage glamour de Copenhague.
La plage glamour de Copenhague. A 8h du mat après plus de 12h de jeun parce que dîner après 19h au Danemark est impossible… c’est chaud ! J’ai donc acheté une vingtaine de barres de céréales sur place pour m’en remettre. Toutes les excuses sont bonnes.

Vous l’aurez compris, les No Hipster Girls ne sont pas au top de leur forme. Mais tandis que je dois courir ce dimanche le 10 Km l’Équipe (j’ai le dossard, pas le choix) et que Flou prépare une belle série d’articles pour récupérer après une crève historique (on compte sur toi !), j’ai décidé que ce blog n’allait pas demeurer abandonné pour rattraper la grappe de billets en retard.

Le coup de mou, c’est fini. L’été est là avec son lot de chaleur et d’orage. Pour ma part, je suis passée plus précisément par une grosse phase de fatigue qu’on résumera à beaucoup de dodo, beaucoup, beaucoup de dodo. Imaginez vous, la nuit dernière j’ai dormi 11h30, en pleine semaine !
Là je commence à sentir l’énergie à revenir et j’ai beaucoup de projets ! Grâce à Emmanuelle de Running Sucks, je me suis inscrite au 20 Km de Paris (pressionnnnnnnnn !) et j’accompagne un peu (beaucoup par l’esprit) NoLevel dans son entraînement pour le Trail de Sancerre bien que je n’y participe pas.

Aller hop, je vais me faire plein de smoothies, manger beaucoup de barres de céréales, et je vous doublerai TOUS pendant le 20 Km de Paris cet automne.

Reprendre du bon pied après avoir atteint un objectif

Reprendre du bon pied après avoir atteint un objectif

Après la Stramilano, j’admets avoir été traversé d’un coup de mou. Je n’avais pas tellement de motivation à pratiquer une activité sportive, comme si j’avais tout simplement envie de savourer ma victoire dans un premier temps. Cela ne signifie pas que j’ai été inactive, cela signifie plutôt que je me suis relâchée mais de manière à mon avis très positive.

Photo http://www.20kmparis.com/galeries/photos/la-course-2013
Photo http://www.20kmparis.com/galeries/photos/la-course-2013

Mes sorties running après la Stramilano ont été très tranquilles, entre 3 et 5 kilomètres pour ne pas trop solliciter mes jambes et mes genoux qui ont du mal à gérer ma chute dans les escaliers. Rappelez-vous, à peine 10 jours avant le départ pour l’Italie où je devais courir les 10 Km Stramilano, je faisais une très vilaine chute dans les escaliers du métro parisien. Mes jambes ont tapé net contre les marches d’un escalier en béton . Rien de cassé, mais de francs hématomes le long de la jambe gauche, un coup au coude, et un sérieux engourdissement. Résultat des courses, j’étais en totale compensation pour pouvoir continuer à courir malgré les douleurs. C’était franchement imprudent et j’ai développé des tendinites, ainsi qu’une bonne série de crampes à chaque sortie.

Je cours donc tranquillement, juste pour rester en forme et reprendre sur une bonne pente dès que mes hématomes seront définitivement guéries, et je continue le yoga.

Mais le coup de mou, c’est dangereux. On n’a aucune envie de régresser et encore moins de tomber dans une habitude qui pourrait être néfaste.

Alors je me suis donnée un défi complètement fou pour mon niveau actuel. Je me suis inscrite au 20 Km de Paris. Oui, moi, je me suis inscrite à une course de 20 Km alors qu’il y a 1 an et demi je ne pouvais pas en faire 2 sans cracher mes poumons sur l’asphalte. Je tiens d’ailleurs à dire que c’est de la faute d’Emmanuelle du blog Running Sucks. Mais je ne lui en veux pas.

La course des 20 Km de Paris a lieu le 12 octobre 2014 ce qui me donne environ 6 mois pour m’entraîner. Mon premier objectif « étape » est d’être capable de courir facile sur plus d’une 1 heure, et je n’en suis pas vraiment loin. On passera ensuite à des choses plus sérieuses !

Compte-rendu sportif (Uty – Stramilano 2014)

Compte-rendu sportif (Uty – Stramilano 2014)

Quand je regarde les photos et quand je repense à la course de dimanche dernier, je me dis que Flou et moi avons vraiment des allures de championnes.

J’étais un peu stressée avant de partir pour la place de la cathédrale de Milan (le Duomo pour les intimes), quelques nausées ont tenté de me dissuader de partir mais la bande originale de Rocky m’a poussée vers la sortie ! C’est donc en groupe de coureurs que nous nous sommes dirigés vers la zone de départ déjà pleine d’autres participants. Ce jour là Milan était en effervescence. La Stramilano est vraiment un événement connu notamment grâce aux succès de ses 3 courses simultanées : 5 Km (enfants), 10 Km, semi-marathon. Seul le semi-marathon dispose d’un classement et donc de temps décompté. Le 5 et le 10 Km sont beaucoup plus bon enfant et prennent assez vite des allures de grande fête ou les coureurs slaloment entre les marcheurs.

Avant mon départ pour l’Italie, j’ai eu un coup de démotivation assez fort. Une chute dans les escaliers, des hématomes sur tout le bas de la jambe gauche me gênaient sérieusement, et la pollution parisienne n’a pas aidé à avoir une dernière semaine d’entraînement comme je l’aurais voulu. C’est pour cela que sur un coup de folie j’ai couru la veille de mon départ à 6h du matin, puis en rentrant du bureau pour cumuler 8 Km dans la journée. Rassurée sur mes capacités physiques et m’étant faite assez plaisir sur ces sorties, j’étais enfin prête à partir.

Zone de départ 2 jours avant la course.

3 jours plus tard, nous étions sur la ligne de départ de la Stramilano 2014, 43e édition du 10 Km. Une averse nous est tombée dessus juste avant le coup de canon comme un avertissement pour nous mettre en garde. Mais nous ne sommes pas dégonflées, Flou et moi étions bien motivées ! Nous avions décidé la veille de courir ensemble pour éviter de se perdre compte tenu du monde présent. Ce n’est pas pour rien qu’on appelle cette course « la course des 50 000 ». Le premier kilomètre a été long… long ! Il y avait tellement de monde que nous avons couru à environ 10 minutes au Km, mais ce fut un échauffement qui a finalement été bénéfique. Pour ma part les 6 premiers kilomètres sont passés assez vite, j’étais très distraite par tout ce que je voyais. C’était après tout aussi une petite sortie touristique pour moi ! J’ai eu une faiblesse au 8e Km mais sans complexe car je me suis rendue compte que j’ai rarement couru plus que cela.

Toujours motivée et ayant repris des forces grâce aux encouragements de Julien (Nolevel.fr), il ne me restait que 2 misérables kilomètres pour terminer la Stramilano. Mais encore une fois, trop de monde, et personne n’a pu terminer en beauté en entrant dans l’arène de Milan pour un dernier tour de stade et passer la ligne d’arrivée.
Il ne manque pas grand chose, mais j’admets être frustrée par cette gestion des flux de participants. Il y avait un véritable embouteillage en fin de course juste avant la ligne d’arrivée.

Mais nous l’avons fait ! Nous sommes des championnes, et j’ai presque envie de chantonner Princes of Universe de Queen.

Je suis contente, très contente, et je suis fière de moi. Tout cela ne m’a donné qu’une seule envie : me perfectionner pour être confiante sur 10 Km, et pouvoir profiter à fond ! J’ai donc 3 mois pour m’entraîner encore pour le 10 Km L’Équipe qui aura lieu 15 juin prochain ! On s’y donne rendez-vous ?

Compte-rendu sportif (Flou – Stramilano 2014)

Compte-rendu sportif (Flou – Stramilano 2014)

Vous vous souvenez? A l’origine de ce blog, il y avait un regret: celui d’avoir arrété de courir régulièrement après ma participation à la Stramilano de 10km il y a deux ans. Cette impression de continuer à me gargariser de cet « exploit » sportif alors que depuis, j’avais plutôt flemmardé. Et cette envie, non seulement de reprendre le sport de façon plus régulière, mais aussi de me prouver que j’étais encore capable de me fixer un objectif sportif et de m’y tenir.

Depuis janvier, j’ai beaucoup couru, j’ai arpenté les parcs, dévalé des rues, sous un capuchon, un bonnet ou derrière des lunettes de soleil selon la météo, seule le plus souvent et parfois accompagnée d’autres coureurs plus expérimentés, le dimanche matin avant d’aller au marché, le soir après le boulot et parfois même en guise de pause dans la journée…

Lire la suite Lire la suite