Archives de
Étiquette : alimentation

Les petits fruits secs

Les petits fruits secs

Le grignotage est une vilaine habitude. Pourtant on dit que si on grignote, alors il vaut mieux manger des amandes qui rassasient. Je ne sais pas si cela fonctionne vraiment, car lorsque j’ai des amandes avec moi, j’ai plutôt envie de vider le paquet…

Cependant lorsque j’ai une petite faim le matin mais qu’il faut tout de même démarrer la journée en grande forme, j’aime commencer avec des fruits secs. Ce sont d’importantes sources de fruits et de minéraux. Cela permet de prendre de l’énergie de manière rapide sans nécessairement y consacrer un repas. Ce n’est pas pour rien qu’on en trouve sur les stands de ravitaillements des courses !

Peu de sodium, et beaucoup de potassium, riches en fibres… serait-ce l’allié des personnes pressées avec de gros besoins d’énergie ?

nutsery-2

Mais qui dit fruits secs, dit aussi sucre. Un raisin sec est composé de beaucoup plus de sucre que le raisin frais. Plus on transforme un aliment, plus il a de sucre… ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’il est sucré. Oui, l’alimentation est truffée de pièges !

Alors n’en abusons pas trop, et n’oublions pas d’en manger avec des céréales complètes !
nutsery

Produits : Nutsery.com

Juste une envie de manger utilement

Juste une envie de manger utilement

Il est notoriété publique que j’aime manger. Je crois que j’apprécie plus les moments de repas que manger en soi. En revanche je sais que je n’aime pas manger des choses pas bonnes, ou qui me rendront potentiellement malade. Seulement au fur et à mesure des années, la simple activité de se nourrir est devenue extrêmement compliquée pour moi. J’ai eu adolescente des peurs de grossir, puis des envies de choses très gourmandes en continu, comme s’il fallait que tout soit toujours extrêmement riche tout le temps. En fait j’étais tout sauf équilibrée puisqu’il n’y avait jamais rien pour contrebalancer une tendance que j’avais (rien manger ou tout manger très riche). J’ai commencé à être plutôt malade, avec des courbes de poids en dents de scie. D’ailleurs, au bout d’un moment un médecin s’est dit que j’avais peut-être des intolérances alimentaires. J’ai donc cessé de consommer des produits laitiers durant un trimestre, puis j’ai repris un bout de fromage. Cela n’a pas manqué, j’ai fini à l’hôpital. En conséquence je ne consomme quasiment plus de produits laitiers depuis 6 ans, quelques exceptions à part quand je n’ai pas vraiment le choix ou quand je m’autorise un mal de bide pour savourer une chantilly. Après je regrette beaucoup, c’était bon, mais ça ne me sert à rien.

Le fait de manger de la crème chantilly ou une raclette vaut-il de se rendre aussi malade ? Est-ce qu’une part de pizza quatre fromage est assez importante pour risquer un séjour à l’hôpital et plusieurs jours de grande faiblesse physique ?

J’ai décidé que non. Et à la question « comment tu fais ? », je réponds souvent « c’est parce que je ne peux rien faire si je mange du fromage ». Donc voilà, c’est difficile mais c’est comme ça. Malheureusement les publicités du type « je suis intolérant au lactose alors je mange du yaourt » cela n’est pas évident.

Il faut admettre qu’on a un physique fragile parfois. Cela ne m’empêche pas de beaucoup bouger, de faire même du sport. Seulement justement avec le sport, j’ai parfois peur de la carence, de la panne sèche.

Alors j’ai commencé à lire des livres de recettes végétariennes à la recherche d’alternative sans fromage et sans viande (je digère pas bien la viande rouge non plus). Mais grande déception, des ouvrages comme Mon premier dîner végétarien d’Alice Hart mettent beaucoup de fromage dans les plats. Comme si « oulala, on ne peut pas manger de viande, alors on va se jeter sur les laitages ! ». C’est ainsi que je me suis assez dirigée vers les livres de recettes vegan, pas du tout pour une volonté militantes, mais à la recherche d’inventivité.

manger

Surtout j’ai un peu commencé à m’intéresser à la nutrition. Comment on fonctionne, pourquoi on fonctionne, de quoi avons-nous besoin pour nous nourrir, pourquoi avons-nous faim, qu’est-ce qui nous rassasie, pourquoi on a des fringales ? Ce sont autant de questions qui m’interpellent pour arriver à un objectif simple : manger utilement. Je lit en ce moment L’alimentation Santé en pratique de Virginie Parée, je vous le conseille !

Manger sainement ? Bof je m’en fiche, surtout qu’on a tendance à se faire une fausse idée du manger sain en assimilant cela forcément à manger « diet ». J’essaie juste de comprendre comment manger bon, en prenant en compte le fait que ce que je mange est un carburant pour que je fonctionne. Comme je le dis souvent « les calories c’est l’énergie ! ». Mais c’est plus compliqué que cela, alors pour être en forme, je veux manger plus équilibré de manière globale. Je ne parle pas d’un équilibre sur mon assiette, plutôt dans ma journée, ma semaine, mon année… J’ai envie d’un petit salé, des lentilles et de la charcuterie, pourquoi pas, tant pis ! De toute façon je vais être tellement gavée que je vais naturellement me diriger vers de la soupe le lendemain. Je n’ai pas un estomac extensible non plus.

C’est peut-être le début d’un nouveau mode de vie, on ne sait pas. Pas sûre parce que j’ai toujours aimé choisir mes légumes au marché, et cuisiner. Je pense juste que j’y réfléchis un peu plus, pour le faire de manière plus intelligente, dans le plaisir.

S’organiser pour des super jus à la maison

S’organiser pour des super jus à la maison

Que la personne qui n’a pas entendu le mot detox ces derniers jours jète la première pierre ! Malgré un test de la cure dietox sur une journée, avec Flou on est pas au top niveau rituels detox. On aime bien être en détox un peu tous les jours. Il faut dire qu’entre l’une qui ne tolère pas le lactose, et l’autre qui ne tolère pas le gluten, ce n’est pas forcément évident de se faire une raclette, ou de manger des crêpes par milliers.

Pour ma part, j’ai un truc avec les fruits et légumes. Je ne sais pas si cela me fait réellement du bien ou si c’est juste pour me donner bonne conscience, mais les jus de fruits me donnent le sentiment de réellement me nourrir. Un smoothie par exemple mélange dans le même temps la fraîcheur, les vitamines, et l’énergie.

Et quand il sont biens faits, un smoothie est un moment gourmand qui donne de l’énergie le matin ! Ces temps-ci, je me vante de n’avoir eu ni rhume, ni grippe, de tout l’hiver. J’espère que cela va continuer, mais je me demande si cette obsession pour les fruits frais et les soupes n’y est pas pour quelque chose ! Mais cela ne reste pas forcément facile de s’organiser pour se faire de super smoothie. Il faut des fruits et des légumes disponibles, de saison c’est mieux, et bio c’est pas mal (même si je ne voue pas un culte au bio, loin de là).

Recette pour une pinte de jus vert, oui, une pinte !
Recette pour une pinte de jus vert, oui, une pinte !

Je jongle alors entre les commandes à ma ruche (La Ruche qui dit Oui !), mes passages au marché le dimanche, et les détours au supermarché quand je vais chercher de l’épicerie. Je ne me suis pas encore décidée pour les fruits congelés. Il paraît que c’est top pour les baies aux vertus bienfaisantes pour les fragiles d’estomac, mais je crois que je préfère autant attendre la saison !

Ma liste de course est donc étudiée pour pouvoir me faire des jus régulièrement :

  • toujours prendre des bananes, j’en mets à chaque fois, le potassium c’est bon pour le sport et éviter les contractures
  • toujours prendre quelques agrumes, de préférence des clémentines que je presse, et/ou quelques citrons verts
  • un machin vert, cela tombe souvent sur la botte d’herbe que je prends le dimanche au marché, ou alors des pousses d’épinards, ou du chou frisé (dit kale). Par contre je n’en mets pas à chaque smoothie.
  • des dattes, je mets un bout de datte dans le smoothie pour le sucrer un peu (et parce que c’est bon !), je remplace parfois les dattes par du sirop d’agave ou du miel
  • du jus de fruit tout fait.

Ouais honte sur moi, je mets du jus de fruit acheté dans mon smoothie, et très exactement un quart de verre. La vérité sur cette injure au jus de fruit frais est le fait que je n’arrive pas à boire mon smoothie quand il est trop épais. Coup de cœur d’ailleurs pour les jus The Berry Company ! Avis mitigé quant à la boisson Vita Coco, parce que je suis très exigeante en eau de coco.

Alors, je te sers un demi ?

Riz parfumé aux cacahuètes et thon (sans gluten, sans lactose)

Riz parfumé aux cacahuètes et thon (sans gluten, sans lactose)

Gérer sa faim n’est pas toujours évident. J’ai eu plusieurs phases avec ma pratique du sport. Il y a un moment de cela, j’avais systématiquement envie d’avaler tout le contenu de mon réfrigérateur. Mais petit à petit, j’ai eu de moins en moins de fringale. Peut-être est-ce parce que je fais plus attention à ce que je mange la journée précédent une activité sportive, mais je crois que j’ai aussi un peu éduqué ma faim.

Gérer sa faim, et mieux profiter de ses petits plats

En fait j’ai réalisé qu’assouvir ma fringale causée par l’effort n’était pas du tout productif. En effet, cela me donnait l’impression de me rassasier alors que je répondais à une pulsion. Seulement si j’attends une demi-heure, la faim passe. Je peux prendre un petit goûter de récupération selon l’heure de la journée, ou attendre le prochain repas.

Quand je rentre tard et que je viens de faire du sport, j’aime tout de même prendre le temps de me demander ce que je vais manger. L’idée est que je puisse récupérer sans que ce soit lourd au risque de m’empêcher de dormir sereinement. Bien se nourrir oui, se gaver non !

Alors en faisant mes courses, il m’arrive de penser « ah ça je pourrais le manger après le sport » !

Riz parfumé aux cacahuètes et thon (sans gluten, sans lactose)

  • riz blanc
  • cacahuètes grillées non salées pilées
  • une pincée de sel
  • huile d’olive
  • une carotte
  • aneth frais
  • filet de thon
  • sauce soja

Ce soir là, j’avais envie de quelque chose de simple mais bon. Je suis gourmande, ce n’est pas un secret ! J’ai donc pris le reste de riz blanc de la veille que j’ai mélangé avec des cacahuètes pilées grillées que j’ai toujours en stock. Puis j’ai fait cuire des rondelles de carotte avec de l’huile d’olive. Une fois la carotte quasiment cuite, j’ai mis directement mon gilet de thon préalablement trempé dans de la sauce soja. Un peu d’aneth parce que j’aime ça, et voilà !

Un dîner plutôt équilibré, nourrissant, bon, et surtout pas lourd ! En plus de cela, il est sans lactose et sans gluten ce qui permet de satisfaire les estomacs fragiles de notre duo de choc.

Si ces petites recettes rapides post-sport vous intéressent, je pourrais en faire d’autres ! 🙂

 

Sport, régime sans gluten et plaisir retrouvé

Sport, régime sans gluten et plaisir retrouvé

 

Vous vous etes peut-etre demandé où j’avais bien pu passer pendant les 6 derniers mois… En réalité, ça n’a pas été une période bien sportive, et pour cause! Une sinusite carabinée suivie d’une mononucléose m’ont mis K.O pendant de longues semaines au printemps, et comme longtemps après je ne m’en remettais toujours pas, entre fatigue, vertiges, tension dans les chaussettes et nausées permanentes, j’ai du me ménager pas mal… J’ai vu passer l’été dans une sorte de brouillard, quand ce n’était pas carrément de mon lit! Après pas mal de rdv médicaux et rien de bien concluant, il semblerait que je sois intolérante au gluten, ce qui expliquerait, outre pas mal de petits soucis rencontrés ces dernières années, mon état de fatigue général (je vous rappelle quand meme que j’habite au pays des pates et de la pizza!). Quoiqu’il en soit, le régime sans gluten suivi depuis la fin de l’été semble effectivement me réussir et, sans en faire tout un plat, j’ai résolu de m’y tenir!

Lire la suite Lire la suite

Les smoothies pour commencer la journée avec énergie!

Les smoothies pour commencer la journée avec énergie!

Puisqu’Uty s’est chargée hier des nourritures philosophiques à méditer, moi je m’occupe de votre estomac! Quand on a des journées bien remplies, et a fortiori quand on fait du sport, c’est paradoxal, il faudrait à la fois préter plus attention à son alimentation, et en même temps on est trop débordé pour vraiment s’y mettre. En ce moment (comme tous les ans à l’approche du printemps), j’essaye de me remettre en forme en profitant de l’énergie générée par la préparation à la Stramilano pour faire des efforts aussi du point de vue de mes repas. Pas question de faire un régime ou une diète trop selective, juste de prendre de bonnes habitudes! On commence avec le petit déjeuner!

Lire la suite Lire la suite

Faire ses barres de céréales maison, c’est simple et bon!

Faire ses barres de céréales maison, c’est simple et bon!

Je vous l’ai déjà dit, je préfère quand c’est possible courir à jeun, le matin ou en fin de journée avant le dîner. Du coup, ayant de nature une tension assez basse, je suis une bonne candidate à l’hypoglycémie. J’ai généralement dans une petite poche de ma veste 1 à 2 bonbons à la réglisse (il paraît que ça fait monter la tension, et en plus c’est bon!) Mais je me dis que ce serait pas mal quand même d’avoir à portée de main une barre de céréales, plus nourrissante et énergétique, à manger sur le chemin du retour ou à dégainer en cas de coup de mou. Comme j’aime bien faire les choses moi-même, j’ai bidouillé une petite recette à partir de quelques indications trouvées sur internet et du contenu de mes placards!

Lire la suite Lire la suite

Sport et rapport au poids

Sport et rapport au poids

Comme en parlait Flou dans son billet sur le fait de tenir un sport sur la durée,  beaucoup de personnes se mettent à une activité sportive pour perdre du poids. Moi qui suis un peu rondelette et qui me suis activement mise à pratiquer une activité sportive régulière depuis deux ans, je me suis posée beaucoup de questions.

Au début, j’ai commencé à aller à la piscine juste parce que c’est cool et que nager me détendait. Je nageais très mal, et acquérir une certaine aisance dans l’eau a été une vraie prise de conscience. Ce n’est pas parce qu’on a toujours été mauvais dans un domaine qu’on est forcé de le rester, et c’est d’ailleurs cette idée qui m’a motivée à monter un blog sportif avec Flou.
Mais je communiquais finalement assez peu sur cette pratique de la natation réservée au dimanche matin et à quelques soirs en semaine. Puis j’ai commencé à faire du vélo pour gagner du temps sur mon trajet maison-boulot, j’étais alors simplement fière de pouvoir le faire et d’en profiter. Enfin j’ai un jour eu la folle idée de me mettre à la course à pieds alors que mon asthme d’effort m’a toujours encouragée à ne jamais en refaire de ma vie.

Et pourtant, je m’y suis mise, j’ai même un rythme plutôt régulier et je communique à ce sujet pour échanger des conseils auprès de personnes plus éclairées que moi.

Selma Stein
Selma Stein

Je me rappelle de ma première séance de course à pied. J’avais sorti mes vieilles baskets et j’avais profité d’un week end en province pour courir à travers des champs sur un terrain vallonné. C’était vraiment, vraiment difficile. Mais j’ai continué, prétextant le fait que cela me faisait prendre l’air, et cela a fonctionné.
J’étais parfois un peu en colère qu’on me demande si je perdais du poids, si j’arrivais à maigrir, comme si par défaut j’enfilais des baskets uniquement pour cela. Mais je mettais cela sur le compte de la manipulation médiatique.
1 an plus tard, avec mes médecins qui veulent absolument que je perde du poids, je me demande si tout cela se passe aussi bien que je ne le pense. J’ai effectivement eu un traitement médicamenteux qui m’a fait prendre quelques kilos (et ça se voit sur les prises de sang), mais j’ai changé de médicament et cela devrait s’arranger. Les deux médecins ayant abordé mon poids ont eu du mal à croire au fait que je faisais réellement de la course à pieds, que je nageais parfois, et que j’allais travailler en vélo quand la météo était clémente. J’étais peut-être peu crédible de dire que je m’inscrivais pour des courses avec mon bidon qui dépasse et mes petits bras costauds.

« Mais vous êtes jeune pourtant, vous devriez perdre facilement du poids si vous faites autant de sport que vous ne le dîtes. Vous mangez gras, vous mangez sucré ? Vous buvez du soda ? »

Honnêtement, je pense avoir un mode de vie plutôt sain, et même beaucoup plus sain qu’une bonne brochette de gens. Je vais au marché tous les dimanches, je cuisine moi-même, jamais vraiment gras, je ne sale pas mes aliments à outrance, je ne bois quasiment pas d’alcool. Bref, a priori, je devrais avoir une allure de mannequin de catalogue Ikea si on en croit les magazines féminins. Mais non, j’ai toujours un IMC trop élevé et « comme vous êtes petite vous ne pouvez pas vous le permettre ».

Bam, elle est arrivée, la culpabilité. Moi qui ai toujours été la personne anti-régime, et optimiste « mais non ça va se régler tout seul, mon corps va changer avec mon mode de vie », je me suis prise une tarte de culpabilité en pleine poire.

Soudainement, j’ai eu le sentiment que ma taille épaisse était réellement dû à une mauvaise volonté de ma part. Et le truc de « il faut bosser pour être mince » ne m’a pas beaucoup aidée, cela a plutôt continué à me suggérer que je n’en faisais pas assez. Rendez-vous compte que j’en suis même venue à me demander si je n’allais pas me payer un coaching minceur !

Mais pour quoi faire au juste ?
Et c’est à ce moment que je me suis rendue compte que cela n’aurait été que pour faire plaisir aux autres en leur faisant croire que je me prenais en main. C’est pourtant déjà le cas, mais il manque la case « régime » pour rassurer.

Je ne ferai donc pas de régime : je continuerai à manger de bonnes choses cuisinées avec soin, quelques restau parce que c’est bon pour le moral, de longues promenades, et un programme sportif pour rester de bonne humeur.

Boire du thé vert c’est bien, mais lesquels ?

Boire du thé vert c’est bien, mais lesquels ?

Il y a quelques années ma mère me demanda de lui procurer du thé vert. Son médecin venait de lui dire que c’était très bon pour la santé. Je lui ai donc acheté du thé vert, sans trop comprendre son besoin puisqu’elle boit déjà du thé vert au jasmin (tradition familiale, chez nous on boit quasiment que du thé au jasmin), et elle m’a dit que je m’étais trompée.

Voyez-vous, mon thé n’était pas dans une boîte verte, les feuilles n’étaient pas franchement verdâtres épinard, et infusé c’était plutôt doré. En fait ma mère était persuadée que le thé vert était réellement vert comme des petits pois anglais, tout ça à cause de la pub à la télé et des packaging de thé de supermarché où pour reconnaître le thé vert, on met tout en vert. J’aurais du lui acheter du matcha, au moins il n’y aurait eu aucun doute !

Du thé vert, j’en bois tous les jours. C’est même largement mon préféré car il me détend contrairement au thé noir qui a tendance à m’échauffer les nerfs. En gros, la différence entre thé vert et thé noir est une affaire de cuisson. Le thé vert n’est quasiment pas oxydé, parfois à peine passé à la vapeur et séché, tandis que le thé noir a subi une oxydation complète pour être conservé beaucoup plus longtemps.

Le thé vert est réputé pour conserver tous les bénéfices du thé. Il est donc :

  • antioxydant,
  • hydratant (oui parce que tu bois surtout de l’eau chaude, et que l’eau chaude t’hydrates mieux),
  • riche en vitamine C (donc super pour lutter contre la grippe),
  • avec effets de la théine (caféine) atténués.

Pour le reste, on dit aussi que le thé vert permet d’éviter les cancers, d’avoir une bonne vue, etc. Mais je préfère ne pas trop m’avancer sur ces sujets !

Je bois donc du thé vert tout au long de la journée : au petit-déjeuner, en matinée, après le déjeuner, pour le goûter, le soir… J’ai même tendance à me faire un thé vert à chaque fois que j’ai envie de grignoter pour éviter d’y penser. Il en résulte que je bois vraiment beaucoup de thé vert, CQFD.

Alors pour y voir plus clair, je vous ai fait une sélection de 5 thés vert que j’apprécie boire à toute heure de la journée.

1. Genmaicha – Damman Frères

Thé vert japonais Genmaicha

Avant que Célina de RoseChiffon.fr ne m’en offre, je ne connaissais pas Genmaicha. Mais depuis que je l’ai goûté, je ne m’en passe plus. C’est le thé que j’achète et que je rachète, que je bois chaque jour sans hésiter. La saveur de riz soufflé aux petites notes de pop corn me rappelle le Congee (une sorte de soupe de riz) que je mange le matin chez mes parents.

2. Poire – Le Palais de thé

Poire est un des thés qui fait partie des Plaisirs Purs du Palais des thés. C’est un thé subtilement parfumé par de réels morceaux de poire. Un délice pour qui souhaite une note sucrée avec le sentiment de se promener dans un verger.

3. Cerisier Japonais – The-Passion.fr

Thé vert parfumé Cerisier Japonais

Voilà une enseigne de thés que je découvre avec surprise et plaisir. Le thé intitulé Cerisier Japonais a une réelle odeur de cerise qui évoque à la fois un clafoutis et une séance d’escalade dans un cerisier pour cueillir des fruits avant que les oiseaux ne les mangent !
À mon avis, il serait délicieux en thé glacé.

4. Sencha Fukuyu – Damman Frères

Thé vert japonais Sencha Fukuyu

Sencha Fukuyu est sans aucun doute un de mes thés nature préférés. J’ai mis beaucoup de temps à accepter de boire autre chose que du thé vert au jasmin. C’était le seul thé qui existait pour moi. Et puis lorsqu’on me fit sentir Sencha Fukuyu, j’ai été embaumée par une agréable odeur d’iode.

5. Impératrice de Jade – Fauchon

Je l’avoue, je ne savais même pas que Fauchon faisait du thé. J’admets d’ailleurs n’être jamais entrée dans un Fauchon, pas vraiment intéressée par les traiteurs de luxe. Pourtant j’admets que ce thé vert Imperatrice de Jade offert par mon père avec ses notes de noisette (enfin c’est Fauchon qui le dit).

Et vous, quel est votre thé vert préféré ?

Salade de mangue thaï express

Salade de mangue thaï express

 

On a chacun sa vision du confort food. C’est finalement très psychologique. Le confort food est le concept du plat, du type de nourriture qui nous met à l’aise. C’est un plat connu, peut-être traditionnel, qui permet de se remémorer un souvenir agréable. On entre alors dans une certaine zone de confort car le temps du repas est celui de la réunion, et si le plat nous est familier, c’est comme avoir une certaine maîtrise de la situation ou rien de mauvais ne peut arriver.

Pour moi le confort food sera souvent un plat asiatique. C’est le type de cuisine avec lequel j’ai grandi et il y a peu de chance que j’y retrouve une trace de lactose inopportune (j’ai une énorme intolérance).

Je vous délivre donc une recette de salade de mangue, rapide et facile. Avec un peu de chance, elle pourra même épater les personnes avec qui vous partagez votre repas !

La salade de jeune mangue et la salade de jeune papaye sont typiques de la cuisine d’Asie du Sud-Est (surtout la Thaïlande et le Cambodge). On utilise ou de la mangue, ou de la papaye verte qu’on mélange le plus souvent avec du piment frais, des légumes, du citron vert, et des crustacés. Il s’agit généralement de petites crevettes ou de crabes marinés dans de la sauce de poisson salée. On ajoute aussi des herbes fraiches et des cacahuètes. Traditionnellement on mélange ces ingrédients dans un pilon en ajoutant les ingrédients un par un. Cela permet aux épices de bien imprégner le tout.

Ma recette est simplifiée et j’ai réalisé cette salade en une dizaine de minutes en rentrant de mon cours de yoga. Il vous faut :

  • 1 jeune mangue verte (plus c’est vert, plus c’est acide)
  • 1 petite carotte
  • de la coriandre fraiche
  • de l’aneth fraiche (pas top traditionnelle mais j’en avais sous la main)
  • de la sauce de poisson salée
  • de la sauce chili asiatique.

Mon astuce pour avoir cet effet de légume rapé fin et large est de prendre mon légume et de tailler des traits dedans avec un couteau. Je prends ensuite un couteau économe que je passe sur le légume comme si je continuais de l’éplucher. Faites cela avec la mangue et la carotte.

On mélange le tout, on ajoute ses herbes fraiches, quelques gouttes de sauce de poisson et la sauce chili.
La sauce de poisson salée a pour but de couper l’acidité de la mangue si elle est très jeune, si vous n’en avez pas ou si l’idée de mettre de la sauce de poisson vous embête, vous pouvez simplement saler la salade.

Cette salade peut se manger seule, mais le must est de l’accompagner d’un petit bol de riz blanc (du riz gluant c’est encore mieux) et d’un petit bouillon de légume avec des rondelles de pousses d’oignons. Là, vous êtes sûres de faire vraiment comme en Thaïlande.