On a osé le trail !

Le trail a un peu des airs de course à pied pour warrior. Il y a un grand nombre de courses nature et de trails de petite dénivelé qui s’organisent pour faire sortir les coureurs citadins. On pourrait aussi croire que le trail est un truc de roots pour ceux qui n’aiment pas trop le côté branché des marques de sport, pourtant s’acheter un short de compression Salomon bien cher ce n’est pas anodin ! (la personne concernée se reconnaîtra ;p) 

trail-sancy_02

Le trail, c’est pratique quand il pleut

Ce qui m’a motivée pour essayer le trail ? La pluie. Cela parait complètement improbable, pourtant j’ai eu l’occasion de m’essayer au trail lors de jours de pluie dans le massif de Sancy. Ne souhaitant pas faire de randonnée mais voulant tout de même prendre l’air, une sortie trail paraissait alors idéal pour parcourir plusieurs kilomètres et voir du paysage tout en étant le moins longtemps possible dehors.

C’est donc sous l’orage et la pluie d’Auvergne que j’ai tenté la course à pied en cote. J’ai donc sautillé sur des cailloux, glissé dans la boue, éclaboussé mes genoux, et traversé des ruisseaux en courant comme je le pouvais. La réalité était que je ne courais pas tant que cela car j’étais bien incapable de tenir 3 minutes à courir en cote aussi raide. Mais je m’en fichais bien car j’étais là pour profiter. En revanche les descentes sont très agréable. On prend vraiment son pied, mais attention à ne pas se blesser. C’est dans la descente qu’on peut se faire vraiment mal et je me demande si ce n’est pas ce qui a déclenché mes premières contractures.

Le massif du Sancy pour débuter

Depuis le Mont-Dore, il y a plusieurs sentiers de trails accessibles. Le site Montagna Trail est une excellente source d’informations. On peut y choisir ses parcours en fonction de son niveau ou de ses objectifs. J’ai pour ma part opté pour les « Trail vert soit de 5 à 9 Km. Un peu ambitieux pour quelqu’un qui n’en a jamais fait, mais il me fallait un peu de distance pour compter ça dans mon plan d’entraînement au 20 Km de Paris.

Ma première sortie trail 8,8 Km, 345 m D+ (fiche parcours)

Le début était très difficile, car la première cote est la plus raide. Commencer par là avec une petite rando faite la veille dans les jambes, je sentais déjà que mes pattes n’étaient pas vraiment prêtes. Je me suis quand même détendue au bout d’un moment, avec l’idée que courir quand il fait beau était vraiment un truc pour les mauviettes. Il y avait effectivement il bel orage et étrangement, entendre un éclair tomber vraiment très près de moi, m’a fait courir plus vite.
→ 8,8 Km, en 1:30:50

Ma deuxième sortie trail :

J’ai fait un mélange du parcours 4 (fiche du parcours) et le précédent, car mes jambes n’avaient vraiment pas envie de monter jusqu’à la station de ski du Mont-Dore. Je retiendrai comme leçon (encore une fois) que la récup’ c’est important. Deux sorties trail, deux jours de suite, c’était peut-être beaucoup pour moi. Et même si mon compagnon de course récupère beaucoup plus vite que moi, il va falloir que j’arrête de vouloir le suivre, ou qu’il arrête de croire que je peux le suivre aussi facilement ! Résultat il est au top, et je suis blessée. 😀
→ 9 Km, en 1:47:16
Environ 450 m D+ (j’en sais rien, je peux pas tracer avec ma montre pour hipster, j’ai un peu compté au pifomètre avec les données de parcours que j’ai ;p)

trail-sancy_01

Quelques conseils d’une débutante

Le sac à dos, c’est important. On est dans la nature, il est indispensable d’être autonome en terme de ravitaillement. Choisis bien ton sac à dos pour éviter qu’il ne bouge trop ou décide de frotter. Cela peut vite devenir très désagréable.

La poche à eau, c’est important. J’ai essayé, je suis incapable de boire avec une poche à eau munie d’un simple tuyau. Cela fait des bulles, c’est insupportable. En revanche rien à dire quand il y a une véritable tétine digne de ce nom.

Le short, c’est important. Limiter les frottements, la base.

Le maillot, c’est important. Soit mettre quelque chose auquel on ne tient pas beaucoup, soit avoir un maillot pour le trail… sinon le sac à dos va le bousiller !

Les chaussures, c’est important. On est sur du chemin accidenté, on ne déconne pas !

Les bâtons de trail, penses y. J’ai des bâtons de trail, mais dont je me sers pour la randonnée. En fait je n’avais pas vraiment capté que j’avais acheté des bâtons pour le trail, je les trouvais juste bien.

Alors les potes, tentés par le trail ?
Enfin je dis ça, tu es peut-être déjà un warrior du dénivelé !

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Fizette dit :

    Zut le commentaire précédent est parti n’importe comment.

    Ca me tente bien d’en faire (et j’adore ta photo quand tu sautes). J’avoue que je préfère déjà courir au lac et j’adore me tester sur des montées même si je fatigue trop vite. Tu as du vraiment t’éclater :).

    Tu utilises quoi comme poche à eau et comme sac ?

    1. Uty dit :

      C’est super dur, je ne sais pas encore si j’aime ça ou pas. 😀
      J’utilise un modèle de sac de chez Kalenji, celui-ci je crois : http://www.decathlon.fr/sac-trail-court-id_8216077.html, avec la poche à eau qui va avec.

  2. NoLevel dit :

    Merci pour le lien 😉
    Je tiens à préciser que j’ai fait l’effort de t’attendre ! Mais oui, les parcours préparés par Montagna Trail sont bien catégorisés par niveau, et très bien fléchés. Il y en a pour tous les goûts, des débutants aux plus aguerris.

    En montée, l’idée n’est pas forcément d’aller à fond. Même les meilleurs ne courent pas tout le temps : finalement finir l’UTMB et ses 168Km en une vingtaine d’heures, c’est courir à 8,5Km/h en moyenne. Quant aux descentes, c’est un peu une récompense après l’effort, mais ça demande effectivement un peu de technique car l’erreur est vite arrivée.

    Bref, le trail, pour moi, c’est un excellent exercice qui permet de se faire plaisir en courant dans la nature. L’essence même de la course à pied !

  3. Eve (@lameraboire) dit :

    Je me permets de te laisser un petit commentaire sur la poche à eau, l’astuce est de bien vider l’air de la poche avant de la refermer, çà évite le « floc floc » et les bulles… (oui ça sent le vécu 😉 Sinon on a tout a fait le droit de marcher en trail, surtout quand la montée est raide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *