J’ai eu un accident de vélo #paflevelo – Portez un casque !

J’ai eu un accident de vélo #paflevelo – Portez un casque !

IMG_1302

C’était dimanche, une journée bien tranquille. J’avais passé une grande partie de ma journée à travailler sur des projets personnels et ai préparé mes affaires aux environs de 16h pour me rendre à mon cours de yoga. J’étais contente, j’allais enfin utiliser mon nouveau tapis et tester ma musette toute neuve de chez Rapha offerte par le mec. Lui-même n’était pas là, il était en train de parcourir Paris-Nevers en vélo et était quasiment sur la fin de son parcours. Un peu fière de mon attirail, je le poste sur Instagram.

Un jour comme un autre, en fait.

Prête pour partir au cours de yoga #bike #bicycle #yoga

Une photo publiée par Ecribouille (@ecribouille) le

Je descends donc de chez moi, tapis de yoga en bandouillère, récupère mon vélo, et commence mon parcours jusqu’au studio de yoga qui se trouve à moins de 5 Km de mon domicile en vélo, soit un parcours estimé à environ 25 minutes. J’ai déjà fait ce chemin, je le connais plutôt bien.

J’enfourche donc mon petit vélo, et commence mon trajet. Comme d’habitude je prends la route à l’angle de chez moi, pour traverser le pont qui passe par dessus le boulevard périphérique. Tiens, une voiture de police garée sur la piste cyclable. Tant pis, je la contourne et hésite à prendre une photo. Mais je n’ai pas de temps à perdre et préfère continuer à avancer tranquillement. Après tout je vais au yoga aussi pour me détendre, et je ne veux pas de pensée négative avant ma séance.

L’accident, la collision

J’arrive alors sur la place de la Nation. Elle est constituée de deux cercles concentriques. À l’intérieur, un rond-point emprunté par les automobiles et les bus. À l’extérieur, il s’agit d’une route à sens unique régulée par des feux rouges. Une piste cyclable existe comme souvent sur les sens unique pour emprunter la voie dans le sens inverse. Je passe donc par là, car il y a souvent moins de trafic, mais ne prend pas la piste cyclable préférant le sens de circulation routier soit en tournant à droite.

Vous pouvez voir sur le plan OSM les sens de circulation, ainsi que la signalisation de la piste cyclable qui elle allait dans le sens inverse de circulation. La petite particularité des pistes cyclables parisiennes lors de routes à sens uniques.

Afficher une carte plus grande

Voilà le boulevard Voltaire, comme toujours je ralentis, car à certains endroits il n’y a pas de feu rouge mais une application de la priorité à droite. Normal quoi. Je traverse le boulevard et commence à m’engager sur l’autre partie de la rue, face à moi. Une voiture passe, je reste donc quelques secondes sur la droite avant de vouloir me décaler sur la gauche afin de m’éloigner des voitures garées par peur d’une ouverture de porte. En effet il y a beaucoup de voitures garées là, surtout le dimanche, car le parking sur les places de livraison est autorisé ce jour.

Mais à ce moment, une portière de voiture s’ouvre en grand de manière soudaine. Je ne parviens pas à l’éviter car elle s’est simplement ouverte devant moi. Mon vélo percute la portière ouverte, puis mon corps touche à son tour la voiture. Mon vélo et moi faisons un vol plané, je tombe sur la droite de mon corps et continue à avancer avec l’inertie en rapant le goudron. Je prends conscience de l’accident et essaie de me lever pour dégager la voie. Ma plus grande crainte et de me faire écraser par une voiture qui ne verrait pas immédiatement que je suis au sol.

La collision se fait à environ 20 Km/h selon Strava. On voit d’ailleurs très bien mes variations de vitesses qui correspondent aux ralentissements pour prendre les carrefours, ou aux arrêts à des feux rouges.

strava-accident
Trace GPS de mon déplacement le jour de l’accident.

Cependant plusieurs personnes viennent rapidement m’aider, me dégagent du vélo qui est sur moi, appellent les secours, me tiennent la main. Un médecin et une infirmière de passage s’arrêtent et me soutiennent, donnent les bonnes informations aux pompiers. Les pompiers appellent la police, on me fait monter sur un brancard puis on m’installe dans le camion des pompiers.

Pas à un seul moment, la personne ayant ouvert sa portière n’est venu s’assurer de mon état. La police prend ses coordonnées, vérifie sa pièce d’identité, permis de conduire et lui font remplir un constat. Ils me donnent un papier pour que je le rappelle et termine le constat. Un rapport de police et une main courante sont réalisés.

Je suis ensuite transportée aux urgences où on me garde en surveillance en raison du traumatisme crânien. Fort heureusement je portais mon casque qui a pris le choc à ma place. Je suis cependant sonnée et des maux de tête ainsi que des vertiges m’empêchent de me mouvoir de manière sécurisée. Aucune fracture, des hématomes un peu partout, des brûlures et des éraflures importantes. On me rassure sur le fait que mon visage n’aura pas besoin de points de suture et devrait cicatriser sans problème.

Je suis autorisée au bout de 6 heures de surveillance à rentrer chez moi. En lisant le papier donné par la police, je me rends compte qu’il s’agissait d’une voiture de taxi. Je l’appellerai demain, on verra ça demain.

L’altercation avec l’automobiliste

La personne accepte de se rendre jusqu’à mon lieu de travail pour faire le constat. Cela se passe mal au téléphone, il me demande pas si je vais bien. Lorsqu’il me rappelle pour confirmer sa venue, il ne se présente pas, il attend que je parle, je ne comprends pas bien.

Arrivé en bas du bureau, je lui demande de monter prétextant qu’on peut s’installer sur une table pour faire les papiers. « Je suis venu jusqu’à votre lieu de travail, je ne vois pas pourquoi je monterai ». Et bien monsieur, j’ai passé deux soirées à l’hôpital, je ne vois pas pourquoi je descendrais ?
Bref, je descends accompagnée d’un collègue. Je trouve ledit taxi garé sur la piste cyclable, sur le bord d’un carrefour, pile dans l’angle, devant le feu rouge. Provocation ? Bien-sûr un véhicule ne pouvant pas tourner lui demande de bouger par deux fois son véhicule. Il reste garé sur la piste.
J’ignore au début ce fait, ne voulant que mon papier rempli et signé avec les éléments correspondant aux faits, et rien qu’aux faits.

Je remplis ma partie, et commence à lui présenter le schéma préparé par mes soins, lui demandant s’il est d’accord pour que je le recopie. Je lui demande également de cocher qu’il a ouvert sa portière. Il avait en effet déclaré ne pas avoir ouvert sa portière, d’ailleurs je crois bien qu’il ne l’a également pas dit à la police. En effet, lorsque les officiers de police sont venus me voir dans le camion de pompier, pour eux, j’avais roulé trop sur la droite, touché la voiture, et chuté seule. Ils étaient étonnés d’apprendre que j’avais prise la portière de face « ah bon, vous avez touché la porte ? », puis sont redescendus voir le conducteur.
Il coche la case correspondant à l’ouverture de portière, je dessine le croquis en lui indiquant les éléments que je fais figurer. J’avais préparé avant mon dessin grâce à un plan et était retournée sur les lieux pour m’assurer de quelques éléments.

Il me déclare à ce moment de manière agressive « de toute façon vous faîtes ce que vous voulez, mais vous étiez en contre-sens ! ».

Pardon ? J’étais dans le sens de circulation. Il me précise que s’il y a des pistes cyclables, c’est pour que les vélos les prennent, sinon il n’y en aurait pas, et que je n’ai pas le droit de circuler sur la route. Je n’insiste pas, voulant uniquement mon papier comme dit plus haut et dessine bien la piste cyclable avec son sens de circulation par rapport au sens de la route. À ce moment un cycliste passe devant nous. Je lui demande donc « Lui aussi est en contre-sens ? ».
« Oui, il est en contre-sens, il n’a pas le droit d’être là ».

Je me suis dit plusieurs choses : soit il est particulièrement idiot et ne connait pas les règles, ce qui est inquiétant pour quelqu’un dont le métier est de circuler en voiture, soit il essaie juste de m’embrouiller pour me faire écrire des choses qui l’arrangent. Dans tous les cas, s’il était certains d’être dans son droit, il aurait coché de lui-même l’ouverture de porte. Notons qu’il n’en a toujours rien à faire qu’il aurait pu me tuer.

Papier signé, je recule de quelques pas et lui dit haut : « D’ailleurs vous êtes garé sur une piste cyclable, c’est stationnement gênant, cela vaut 135 € d’amende et 3 points sur votre permis de conduire ». Là, il se moque de moi, l’air de dire que de toute façon, il fait ce qu’il veut, et que les cyclistes n’ont pas à être sur la route.

Sauvée par le casque

Je n’ai pas eu de chance. J’étais non seulement de toute façon coincée entre une voiture qui roulait et une garée, et j’ai rencontré une personne pour laquelle je n’écrirai pas d’adjectif car je serai trop vulgaire.

Malgré cela, je suis heureuse d’avoir porté un casque, de n’avoir eu aucune fracture ni lésion cérébrale.

Le vélo est un véhicule comme un autre, considérons le comme tel. On peut facilement être à 20 Km/h, et plus, voir beaucoup plus en vélo électrique. C’est dangereux, au même titre qu’un scooter et il n’y a aucun habitacle pour vous protéger. Malheureusement des personnes vouent une haine envers les cyclistes, et malheureusement beaucoup de cyclistes n’aident pas en répétant des infractions et des gestes particulièrement dangereux.

Soyez prudents pour vous-mêmes, ne risquez rien. Le cédez-le-passage cycliste n’est qu’un cédez-le-passage. Ce n’est pas une priorité, soyez d’abord prudents pour vous-mêmes, et vous limiterez également le danger pour les autres. Si un automobiliste vous échauffe, laissez tomber, votre vie vaut bien plus que cela.
Connaissez également vos droits, ne vous laissez pas faire si une personne cherche à vous intimider. Si vous vous sentez en danger, filez. De toute façon il y a des cons partout, et on est tous le con de quelqu’un.

Un casque ce n’est pas très beau, mais votre vie vaut bien plus que quelques minutes avec un casque sur la tête.

Mon accident s’est joué à quelques secondes. Je me décalais sur la gauche pour éviter les portes, mais c’est arrivé exactement au moment où j’étais encore un peu trop proche des véhicules garés. Tout cela va très vite, ne sous-estimons pas les éléments imprévisibles de la route.

Mes remerciements

Je remercie les personnes qui sont venues immédiatement à mon secours lors de ma chute, et qui m’ont tenu la main, soutenu, parlé lorsque j’étais étendue au sol incapable de bouger.

Je remercie les sapeurs de pompiers de Paris qui sont intervenus de manière professionnelle en ayant fait le nécessaire pour que je reçoive les soins appropriés.

Je remercie le personnel des Urgences de l’hôpital Saint-Antoine de Paris qui ont pris en compte mon choc physique et émotionnel lors de cette mésaventure.

Je remercie mon conjoint qui a pris le premier train pour revenir à Paris alors qu’il venait de pédaler 300 Km.

Je remercie également mes collègues de bureau qui gardent un œil sur moi et qui m’aident à oublier mes douleurs.

Et bien entendu, je remercie toutes les personnes qui m’ont adressé des messages de soutien et de rétablissement.

Annexes

IMG_1298
Le côté droit de mon casque.
IMG_1280
Ma blessure à l’épaule provoquée par le fait d’avoir rapé le sol après la chute en continuant à avancer par inertie. Bizarre, mon pull n’a rien !

33 réactions au sujet de « J’ai eu un accident de vélo #paflevelo – Portez un casque ! »

  1. Non mais c’est clair ce mec est un gros connard qui mérite une bonne mise au point ! Déjà que depuis quelques années (et encore plus depuis l’affaire Uber) je ne porte pas les taxis dans mon coeur, et pour être parisienne aussi je sais qu’ils conduisent comme des abrutis pour la majorité…

    Le partage de la route sera toujours un problème, que ce soit entre motards et voitures, cyclistes et voitures ou cyclistes et motards (et je n’inclue même pas les piétons…), la tolérance n’est pas vraiment le propre des humains je crois, surtout à Paris…

    Rouler en vélo à Paris est dangereux et tout le monde est responsable : je n’y roule pas en vélo car j’ai peur justement, mais quand je suis dans ma voiture je vois parfois des cyclistes vraiment inconscients qui sont encore miraculeusement en vie… Là tu as tout bien respecté et tu es quand même passé à 2 doigts de la catastrophe heureusement pour toi, ça doit être vraiment choquant comme expérience…

    Je te souhaite de bien te rétablir et n’oublie pas tout est question de karma : le fait que tu ai su garder ton calme en face de cet abruti et que lui soit de super mauvaise foi, ça se retournera en bien pour toi et en mal pour lui…

    J’espère que tu retrouveras vite ton tapis de yoga et que tu oubliera vite cette vilaine aventure…

    Des bisous guéritou <3

  2. Bon rétablissement et bon courage ! Je vais partager ce récit et aller rapido acheter un casque, moi qui suis cycliste depuis quelques jours…

  3. Je comprends vraiment pas cette réaction du taxi … C’est incroyable. Qu’il soit « dérangé » par les vélos, bon, pourquoi pas, mais qu’il ne s’inquiète même pas de l’état d’une personne à terre après un gros choc causé par sa portière, ça me laisse un peu sans voix.
    Bref, comme tu dis, y’a des cons partout.
    En revanche, tu me fais prendre conscience de l’importance du casque mais aussi du comportement des cyclistes sur la route. Je suis loin d’être irréprochable dans le genre, ton article me fait repenser tout ça. Merci 🙂
    Et bon rétablissement !

  4. Oh je n’en reviens pas ! Dire que je n’en porte pas par simple manque d’habitude… Ton article me faire prendre conscience que je devrais !! En tout cas bon rétablissement à toi !

  5. Oh punaise ma pauvre :/
    Heureusement que tu portais le casque, j’ai déjà vu un accident similaire au tien et j’étais restée à côté pour me poster comme témoin pour dire que le type avait ouvert la porte sans regarder… Et il avait osé engueulé la personne à vélo qui roulait bien dans sa voie… C’est fou ces gens qui se croient les rois de la route !

    Je te souhaite un bon rétablissement !

    Bisous

  6. Comme daddy, je ne me gène pas, quel connard !!! Comment on peut être à ce point insensible et de mauvaise foi ? C’est fou…
    Entre ton accident et celui de Gwendoline (je ne sais pas si tu la connais sur Twitter, mais elle a également eu un accident de vélo, assez grave), ça m’a fait vraiment réaliser à quel point le casque était important. merci de faire un article pour le rappeler, on l’oublie trop souvent !
    Les portières qui s’ouvrent, c’est tellement souvent à Paris, je trouve ça hallucinant ! Ca me fait toujours peur, mais je n’ai jamais acheté de casque jusque là… je repousse je repousse et finalement je n’en mets pas.
    Tu m’as convaincue en tout cas, je file de ce pas en commander un chez Décathlon 🙂

  7. Ton histoire me parle. Moi aussi j’ai eu un accident de vélo il y a environ 6 mois. J’étais sur une piste cyclable simplement délimitée par une ligne blanche. Un automobiliste a déboîté brusquement et m’a coupé la route : j’ai chuté, il m’a roulé sur le bras avec sa roue arrière, s’est arrêté quelques secondes, et est reparti tranquillement.
    J’ai fini aux urgences avec plusieurs points de suture, un sacré choc psychologique et 8 jours d’ITT…
    La France et en particulier Paris a énormément de progrès à faire en matière de promotion du vélo : les infrastructures sont encore limitées et souvent dangereuses, les automobilistes devraient être plus sensibilisés, et je te rejoins aussi sur le fait que les cyclistes devraient se conformer au code de la route pour se faire respecter en retour.
    En tout cas, je suis remontée sur mon vélo depuis. J’adore pédaler et il était hors de question de laisser gagner ce chauffard.
    Je te souhaite un bon rétablissement, en espérant que la situation se solde positivement pour toi!

  8. C’est vrai que je n’y pense jamais au casque mais j’y penserais…
    ET punaise le comportement de ce connard (oui moi je le dis) de chauffeur de merde est effarant. Non mais sérieusement, c’est à cause de ce genre de mec qui n’en ont rien à foutre de rien que des gens se font tuer sur la route, ça me fout en rogne !

  9. Ouah. Bons réflexes (le port casque et les réflexes physiques).
    Je vélibe moi même tous les jours, et j’ai pu constater que les taxis étaient une plaie. Ils se garent sur les couloirs de vélo, vous frôlent sans regarder quand ils passent à côté de vous, et dans une rue à double sens, vous avez intérêt à vous planquer sur le côté pour pas qu’ils vous renversent. Le privilège du petit chef intouchable.

    Je propose donc qu’on fasse une manif des cyclistes en colère contre les taxis, qu’on bloque Orly et Roissy pendant une journée et qu’on brûle quelques taxis en passant. L’Etat interviendra surement pour obliger les taxis à respecter le code de la route.
    On peut rêver…

  10. J’ai vécu exactement le même accident que toi, les mêmes circonstances, le même schéma sur le constat…
    Ça a été bien moins grave dans mon cas, car je n’ai pas été éjectée, j’ai eu quelques secondes pour ralentir et m’écarter un peu ce qui fait que j’ai pris la portière sur le côté, me faisant seulement mal à la main et à la cheville. Et tout comme toi, première réaction du conducteur : « fait chier ma portière ne ferme plus, c’est une voiture de fonction, je vais avoir des problèmes avec mon employeur ». Et mon doigt tout bleu qui fait trois fois sa taille, tu l’as vu mec ou comment ça se passe ?…
    C’est fou comme les gens n’en ont vraiment rien à faire de la santé des autres êtres humains, et que tout passe avant ça…

    Depuis, j’ai une trouille bleue, chaque fois que je roule le long de voitures garées, de voir une portière surgir devant moi sans pouvoir l’éviter…

    En tout cas bon rétablissement à toi !

  11. Je voulais juste relever après tous ces commentaires qu’il y a encore des personnes qui portent secours, comme Ecribouille l’a bien noté. Et qu’il faut être méga vigilant au guidon.
    Perso je m’éloigne d’un bon mètre des voitures garées sur le bord, et ne serre vraiment qu’en cas d’obligation (oui je me fais même klaxonner en sens unique, et insulter, et bloquer ensuite, et insulter…).
    Étrangement ça ne me dérange pas d’accélérer quand le traffic est fluide et que les conditions le permettent, mais si je me rapproche de voitures garées, je ralentis fortement. Peut être parce que je connais une personne qui ne peut plus travailler suite à un accident de portière, sans casque. Traumatisme, puis maintenant impossibilité de soutenir une activité par manque de concentration.
    Le casque c’est pas bien joli, mais ça se justifie largement. Récupère aussi vite que possible !
    Et pourquoi pas mettre une petite caméra « dashcam », celles qui enregistrent en boucle, sur le vélo ? Fini les contestations sur la portière ouverte ou pas…

  12. J’ai pris une portière quelques jours avant Noel y’a deux ans derrière le drugstore Publicis, rue de Tilsit. Je suis passé par dessus le vélo et me suis rattrapé sur les mains, donc bobo a un tendon de la main droite seulement. Heureusement ma tête n’a pas touché le sol car je n’ai pas de casque 😐

    Je partais à l’instant du taf pour rentrer et je remontais cette file de voitures garées en permanence sur cette piste cyclable.
    J’étais vraiment en toute petite vitesse et j’ai rien vu s’ouvrir, j’ai juste pris le choc sans rien comprendre, je me suis rattrapé avec ce reflexe. Le chauffeur de cette mercedes limousine a bien ouvert en grand d’un seul coup, est venu me voir et s’excuser lui par contre. Je l’ai quand même allumé car me prendre sa portière alors qu’il se gare sur ma voie, fait chier. Mais pas de constat. J’ai même pas pensé mais j’aurai du car j’ai du bossé avec la main gauche pendant quelques semaine :p

    Bref, ca fait 20 ans que je fais du vélo a Paris en mode hyper prudent, je connais tous les pièges il ne m’est jamais rien arrivé et je garde souvent mes distances avec les portières, mais finalement bah ca peut arriver quand même. Et même à petite vitesse ça fait mal 🙂 Je compatis

  13. Ah, la place de la Nation… là, je fais du vélo comme je ferais de la voiture en fait. En plein milieu, entre les voitures, les bus etc. Je ne savais même pas qu’il y avait une piste cyclable!

    Je l’ai toujours dit : il est plus dangereux de circuler prudemment bien sur le bord de la route que de le faire en plein milieu. M’en fout si les voitures hurlent :))))

  14. Comme je te l’ai dit en privé, la police a fait une erreur en ne dressant pas de procès verbal au moment de l’intervention.

    Dans ce genre de cas, il faut absolument réclamer le procès verbal, ce qui évite d’avoir à faire ensuite un constat et revoir le responsable de l’accident (surtout si, comme dans ton cas, il s’agit d’un odieux menteur). Le problème, c’est que sonné par l’accident, le cycliste ou le piéton n’a pas toujours les bons réflexes ni tous ses esprits. C’est d’ailleurs bien pour ça qu’on fait un PV et non un constat : la personne est trop sonnée pour faire de la paperasse.

    Bref, c’est une info tout aussi importante que celle du port du casque, à faire circuler à tous les cyclistes qui liront cette page, car malheureusement personne n’est à l’abri de ce type d’accident. Plus d’informations sur les démarches en cas d’accident sur le site « roulons à vélo » : http://roulonsavelo.free.fr/index.php?post/2011/11/25/Que-faire-en-cas-d%E2%80%99acc-ident

  15. Je vais pas la pleurer il y a une piste cyclable elle est la pour être utilisée pas pour faire joli , elle n’avait qu’avait la prendre et ensuite se permettre de faire une réflexion au taxi qu’il est sur une piste cyclable alors qu’on ne les utilise pas c’est assez culotté , on devrait rendre l’utilisation des pistes cyclables obligatoires dès qu’il y en a .

    1. Je crois que vous avez mal lu. Il n’y avait pas de piste cyclable. La piste présente était de l’autre côté, et n’allait pas dans le sens de circulation. Le plan le confirme, le rapport de police également.
      Lorsqu’il y a une piste cyclable dans son sens de circulation, il me semble qu’il est déjà obligatoire de les prendre.
      Par ailleurs le parking sur piste est interdit, c’est ainsi, que quelqu’un soit en train de l’utiliser ou non. La remarque était effectivement culottée, mais envoyer quelqu’un à l’hôpital sans remord l’est également.

      Cela n’excuse pas non plus l’ouverture intempestive d’une portière (article R417-7 du code de la route). Il s’est avéré que c’était moi en vélo, cela aurait pu être un scooter ou tout autre véhicule.

      1. Je pense que je vais avoir une réponse rapide , quand on a une seule piste cyclable le long d’une rue , la piste est donc à sens unique ?
        J’aimerai avoir une précision sur à votre accident quand vous vous être déportée sur la droite vous vous êtiez donc arrêtée ?
        J’ai du mal à comprendre les gens qui ouvrent leur portière n’importe comment surtout venant d’une personne qui vit de son véhicule et connait les risques donc de ce point effectivement le geste du taxi est inadmissible .

        1. Bonjour,

          Ce n’est pas systématique.
          Une piste a un sens de circulation. Le plus souvent dans le cas d’une rue à sens unique, il y a des pistes qui sont dans le sens inverse de la circulation, c’est une installation de la mairie de Paris sur un grand nombre de voies à sens uniques. C’était ici le cas. Allant dans le sens de circulation, je ne pouvais pas utiliser la piste cyclable, sinon c’était un contre-sens. Elles sont d’ailleurs relativement étroites.
          Il a également des pistes cyclables seules, sans nécessairement dans un sens unique, mais elles ont toujours un sens de circulation.

          Lorsque je me suis déportée sur la droite, j’étais toujours en mouvement, m’étant déportée d’environ 1 mètres pour éviter de me frôler l’aile de la voiture qui me dépassait, ou son rétroviseur. C’est à ce moment que la portière du taxi s’est ouverte, avant que je n’aie le temps de retourner sur la gauche.

          C’est malheureusement un accident, des choses qui arrive. Mon billet vise surtout à insister sur le fait qu’un accident est aussi le fruit du hasard, et qu’un casque est aussi là pour se protéger des imprévus.

          Cependant il existe également des pistes à doubles voies. Celles-ci sont plus larges permettant à deux cyslistes de circuler côte à côte, les deux voies sont signalées. Les pistes ont toujours la signalétique du cycliste dessinée au sol, avec également une flèche de sens de circulation.

    2. Les pistes cyclables ne sont pas à double sens (ou alors ce sont deux pistes, plus large, bien marquées). Et non on ne doit pas emprunter une piste cyclable à contre sens.

  16. Merci pour ce récit Uty !
    J’ai pas de vélo, mais j’crois que j’vais quand même investir dans un casque version piéton ;-).
    Cicatrise bien pendant que ton enflure de chauffeur de taxi est maudit par tout l’Internet :-).

  17. Bon rétablissment !

    je roule à Paris en vélo depuis 4 ans .. je me suis déjà fait renversé par une voiture ( qui roulait à contre sens à 1heure du matin), la voiture m’a renversé et s’est enfui! ( je n’ai rien eu à part quelques contusions )
    Une seconde fois je suis tombé seule et mon casque m’a évité de me faire littéralement scalper ! ( mais fracture de l’orbite et et de l’épaule ).

    Donc oui portez un casque !

  18. Bonjour,
    Je viens tombé sur ce récit un peu au hasard, j’ai été également victime d’un accident avec une voiture.
    Je suis vetetiste, et même si j’évite au maximum, je suis quelque fois obliger de traverser des villes.
    J’ai pris une habitude, depuis que a 2 reprises j’ai été toucher par des rétroviseurs d’automobiliste imprudent, d’allumé ma Gopro systématiquement dés que je suis sur la route.
    Alors certes ça n’évite pas l’accident mais en cas d’accrochage ça permet de voir immédiatement qui est en tors.
    Et bien évidement bravo pour le casque, je ne comprend pas qu’en France il ne soit pas obligatoire….

  19. Quand on dit aux gens de ne jamais rouler à moins d’un mètre d’une voiture et de toujours anticiper l’ouverture d’une portière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *